Chariot X, d’où vient l’idée ?

Actif – Passif

Au delà des recherches de BrutPop sur l’accessibilité des instruments, le besoin de trouver de simples systèmes d’écoute s’est fait sentir à plusieurs reprises, en particulier depuis nos premiers passages en psychiatrie.

La distinction actif / passif est une notion que l’on trouve dans les dispositifs de stimulation sensorielle Snoezelen qui proposent alternativement la manipulation d’objets et des moments plus contemplatifs avec le simple spectacle de formes visuelles, sonores, ou même d’odeurs.

snoezelen
Salle Snoezelen.

Premiers tests autour du bruit blanc

Nos premiers tests en 2015 avec des patients de l’hôpital Saint Jean de Dieu à Lyon (service « psychoses déficitaires graves » du Dr Le Van Huy) étaient basés sur des discussions avec Vivian Grezzini, infirmier psychiatrique et musicien. Vivian défendait l’idée qu’un son plein comme le bruit blanc puisse apaiser par sa dimension « contenante » des personnes ayant d’importants problèmes psychiques, calmer des angoisses, à l’image des effets des couvertures lourdes utilisées communément pour les autistes. Les propriétés du bruit blanc font l’objet d’études nombreuses qui semblent confirmer cette dimension relaxante.

Ces ateliers avec l’hôpital investissaient une exposition interactive : « Noise Surround » montée dans le cadre du festival les Nuits Sonores, qui présentait une série de prototypes d’instruments offrant pour l’essentiel une expérience sonore « intense », à opposer aux sons plus doux communément utilisés dans le milieu de l’art thérapie.

2015_Salle2bain_BRUTpop-6036_web
Expo « Noise Surround », Nuits Sonores 2015, Lyon. (Aurélie Petrel)

Le dispositif d’écoute de bruit blanc imaginé par Vivian Grezzini est visible dans le documentaire »Musique Brute, handicap et contre culture » (real. Mathieu Mastin) que nous tournions à l’époque, de 17’04 à 20’40.

Depuis 2015, le bruit blanc est utilisé couramment dans les ateliers BrutPop, souvent pour clore les séances sur une note calme. Au delà nous explorons aussi l’écoute de compositions expérimentales et le contexte lumineux des salles. Ces différentes pistes de recherche, toutes orientées sur la dimension réceptive ont trouvée écho auprès de structures avec lesquelles nous travaillons, et l’idée d’une unité mobile les rassemblant est devenue un projet concret en 2017-18.

 

 

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s